24HEURESINFOS

24HEURESINFOS

Pour retard dans la prise du décret portant organisation de leur département ministériel: quatre ministères en difficultés

Pour retard dans la prise du décret portant organisation de leur département ministériel

Quatre ministères en difficultés

Quatre des ministères du premier gouvernement de Yayi II sont en difficultés de fonctionnement. Il s’agit des ministères créés par regroupement ou fusion d’anciens ministères : le Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau, et du Développement des Energies Renouvelables dont le portefeuille est détenu par Jonas Aliou Gbian ; le Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme dont le portefeuille est détenu par Blaise Ahanhanzo Glèglè ; le Ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme dont le portefeuille est détenu par Valentin Djènontin ; le Ministère de l’Industrie, du Commerce des Petites et Moyennes Entreprises dont le portefeuille est détenu par Madina Séphou.

Pour rappel, c’est la fusion des deux anciens ministères de l’énergie et de l’eau, de la recherche pétrolifère et minière qui a donné le nouveau Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau, et du Développement des Energies Renouvelables. C’est la fusion des deux anciens ministères de l’environnement et de la protection de la nature et de l’habitat, de l’urbanisme et de la lutte contre l’érosion côtière qui a donné le nouveau Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme. C’est la fusion des deux anciens ministères de la culture, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales d’une part et le ministère de l’artisanat et du tourisme d’autre part qui a donné le nouveau Ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme. C’est la fusion des trois anciens ministères de l’industrie du commerce et des petites et moyennes entreprises qui a donné le nouveau Ministère de l’Industrie, du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises.

Jusque-là, les décrets portant attributions, organisation et fonctionnement des nouveaux ministères créés par fusion ne sont pas encore signés et publiés au Journal Officiel. Conséquence, il s’y passe une pagaille monstre en termes de gestion des ressources humaines et financières. De sorte que l’économie que l’on a voulu faire pour les caisses de l’Etat tarde à se réaliser ; puisque les différents anciens postes sont demeurés, c’est-à-dire non encore regroupés. Par exemple, chacun des anciens ministères avait son Directeur de Cabinet, son Directeur Adjoint de Cabinet, son Secrétaire général, son Secrétaire général Adjoint, son Directeur des ressources financières et du matériel, etc.

Le problème aujourd’hui est que pour la plupart de ces ministères, les anciens Directeur de Cabinet, Directeur Adjoint de Cabinet, Secrétaire général, Secrétaire général Adjoint, Directeur des ressources financières et du matériel, etc. sont toujours là, en fonction. Autrement dit, pour chaque nouveau ministère, il y a deux Directeurs de Cabinet, deux Directeurs Adjoints de Cabinet, deux Secrétaires généraux, deux Secrétaires généraux Adjoints, deux Directeurs des ressources financières et du matériel, etc.

Pire, lors des descentes sur le terrain du nouveau ministre ou lors des tournées, on retrouve derrière certains des nouveaux ministres deux Directeurs de Cabinet, deux Directeurs Adjoints de Cabinet, deux Secrétaires généraux, deux Secrétaires généraux Adjoints, deux Directeurs des ressources financières et du matériel, etc. On retrouve même sur le terrain tous les différents régisseurs, chefs cellule de communication et attachés de presse des anciens ministères.

En somme, il se passe une pagaille énorme, doublée d’une multiplication inutile des ressources matérielles et financières à engager pour certaines sorties ministérielles. Si le regroupement des ministères avait pour but de faire des économies au pays, alors on est encore loin du compte. Très loin…

Un cadre d’un des nouveaux ministères jumelés nous a déclaré hier qu’on peut comprendre la situation bizarre en cours qui serait due, selon lui, au fait qu’il y a actuellement en cours un processus de réforme pour doter ces départements de décret-type portant attributions, organisation et fonctionnement. Il y a même un aller-retour incessant entre ces ministères et celui en charge de la réforme administrative et institutionnelle, aux fins d’amender ledit projet de décret-type. C’est donc cela qui justifie le fait qu’aucun de ces ministères n’a encore fait de nominations nouvelles dans le cabinet ou dans l’Administration interne ; sauf à des postes de Directions techniques ou sociétés d’Etat sous tutelle (exemple du Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau, et du Développement des Energies Renouvelables où Ibrahim Adam Soulé a été nommé Directeur Général de l’Eau le 25 août 2011 ; ou exemple du Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme où Clément Kouchadé a été nommé Directeur général de l’Office national du bois, etc.)

Fraternité du 09/09/2011



09/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres