24HEURESINFOS

24HEURESINFOS

Koupaki à nouveau le choux gras des manipulateurs

Intrigues politiciennes en prélude au prochain remaniement

Depuis quelques jours, il est question d’un remaniement qui serait imminent. Une nouvelle occasion pour ceux qui, depuis des années, étaient aux trousses de Pascal Irénée Koupaki de reprendre du service. Ils veillent de nuit comme de jour afin de trouver les trucs et les astuces dont ils ont besoin pour abattre l’homme qu’ils perçoivent à tort comme un obstacle à leurs vils dessins. Le Premier ministre de Boni Yayi n’est donc pas encore au bout de ses peines, malgré son silence.

La « guerre » contre Koupaki prend une nouvelle forme : celle de l’intoxication. Elle a repris de plus belle depuis que certaines sources généralement bien informées affirment que Boni Yayi s’apprête à remanier son équipe gouvernementale. Une « guerre » qui ne se déroule sur aucun ring physique, mais dans les couloirs et les médias. Tout se passe comme si ce n’est plus le Chef de l’Etat qui remanie, mais plutôt ces individus qui n’ont comme seul objectif que de voir enfin Boni Yayi se débarrasser de son Premier ministre. Tous les genres journalistiques sont utilisés à cette fin. Une grande stratégie de manipulation de la foule qui, malgré tout, a du mal à porter des fruits. Les relations antérieures du Premier ministre avec l’homme d’affaires Patrice Talon, désormais ennemis n°1 du pouvoir en place, sont des arguments avancés pour nuire à l’homme lorsqu’on ne s’en prend pas à son silence. On se demande même pourquoi il n’organise pas des séances de prières et des meetings pour soutenir le Chef de l’Etat. Mais en réalité, ce qui gêne n’est rien d’autre que les succès enregistrés par Pascal Irénée Koupaki aux côtés du Chef de l’Etat depuis 2006. N’est pas ministre en continue pendant deux mandats d’un Président de la République qui veut, mais qui peut. 


De l’autre côté, ce sont les sorties à succès du Premier ministre sur le terrain qui gênent. L’après Boni Yayi en 2016 étant déjà dans la tête de ceux-là. Bref, c’est d’une course à l’intoxication que fait l’objet le Premier ministre. Il faut alors tout mettre en œuvre pour le déstabiliser et salir son image auprès des populations qui l’accueillent à bras ouverts. Pourtant, le Bénin appartient à tous ses fils et filles. Ainsi, Koupaki a encore le droit de se mettre au service de la République.

Grégoire Amangbégnon (La Presse du Jour 25/04/2013)



25/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres