24HEURESINFOS

24HEURESINFOS

Staff technique des Ecureuils

Staff technique des Ecureuils

Le Français Manuel Amoros tient son contrat

 

C’est officiel. Manuel Amoros s’est engagé avec la sélection du Bénin pour une durée de deux ans. Arrivé à Cotonou vendredi dernier, l’ancien Olympien aux 82 sélections tricolores a donc finalement réglé les derniers détails du contrat avant d’apposer sa signature sur le document. Le technicien français compte qualifier le Bénin pour la Can 2013 et la Coupe du monde 2014.

Pour cette dernière, le Bénin sera dans le groupe du Mali, du Rwanda et de l’Algérie. Amoros jouera son premier match officiel et qualificatif le 29 février prochain à Addis-Abeba contre l’Ethiopie. Il sera secondé par son compatriote Nicolas Philibert. Le duo pourrait être présenté ce jour au siège de la Fédération béninoise de football (Fbf) à Porto-Novo.


Véritable première expérience ?

Les autorités du football béninois ont certainement des raisons valables de préférer Manuel Amoros à d’autres noms. Elles avaient la possibilité de s’offrir les services d’un entraîneur capé et rompu à la tâche (Ndlr : une short-list de trois noms avait été proposée par l’Ambassade de France près le Bénin), mais c’est finalement Manuel Amoros qui a donc été retenu pour coacher les Ecureuils. Un choix qui, espérons-le, doit se révéler judicieux et ne rappelera pas le scénario comorien avec le nouveau coach des Ecureuils. Le technicien français n’a toujours pas connu une grande carrière en tant qu’entraîneur. Son bref passage à la tête de la sélection des Comores en juin-juillet 2010 ne fait pas de lui un entraîneur incontournable. Il fait même figure de novice devant les deux autres techniciens. Selon nos sources, certains membres du Comité exécutif de la Fbf seraient favorables à l’arrivée de Patrice Neveu. Ce dernier a en effet fait ses preuves sur le continent africain. Mais il a été finalement black-listé au profit d’un Manuel Amoros qui a le soutien du ministère des Sports.


Problème de communication


L’ancien international français doit désormais se mettre au travail pour réussir à faire oublier aux Béninois, les déboires connus par les Ecureuils en 2011. Et il doit éviter de s’illustrer par des déclarations impromptues. En effet, il a confié vendredi dernier aux médias qu’ « un point » sera fait au « président pour avoir une idée de l’effectif qu’il y a sur place ». Ce n’est pas juste. Manuel Amoros doit savoir que ce rôle revient à la Direction technique nationale (Dtn). A défaut, il peut solliciter l’appui des techniciens locaux.

Le Matinal du 18/01/2012 



18/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres